Factrices et facteurs ruraux et suburbains

Partager

Convention collective visant les factrices et facteurs ruraux et suburbains conclue entre la Société canadienne des postes et le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (Date d'expiration : le 31 décembre 2017)En tout, 8 000 factrices et facteurs ruraux et suburbains (FFRS) livrent le courrier en milieu rural et suburbain, et les femmes représentent 70 % de ces effectifs.

Environ la moitié des FFRS sont affectés à des bureaux de poste où travaillent également des facteurs et factrices et des commis des postes de l’unité urbaine. Les autres travaillent avec des maîtres de poste ruraux (représentés par l’Association des maîtres de poste et adjoints – ACMPA).  

Pendant des années, les FFRS ont eu le statut d’« entrepreneur » plutôt que celui d’employé. Ils ne bénéficiaient d’aucun droit et d’aucun avantage social et leurs conditions de travail étaient difficiles. Une fois leur contrat arrivé à échéance, s’ils voulaient conserver leur itinéraire, ils étaient souvent contraints d’accepter une révision à la baisse de leur rémunération. Après avoir payé leurs dépenses, bon nombre d’entre eux touchaient un revenu équivalent ou inférieur au salaire minimum.

La situation s’est améliorée le 30 septembre 2003, date à laquelle les FFRS ont ratifié une première convention collective qui a fait d’eux des employées et employés de Postes Canada ayant des droits collectifs.   

Entrée en vigueur le 1er janvier 2004, la convention collective, d’une durée de huit ans, comprenait des « réouvertures » tous les deux ans, ce qui a permis au Syndicat de négocier des améliorations correspondant à un montant cumulatif de 652 millions $ sur huit ans.  

Contenu connexe